UGA vs Western Kentucky : 48-12

Publié le par Eloyne


L'année universitaire est déjà bien entamée puisque les cours ont commencé depuis maintenant 3 semaines, mais le vrai coup d'envoi que tous les Athéniens attendaient avec impatience, c'était celui de la nouvelle saison de football samedi dernier. Les bus de l'université étaient déjà aux couleurs de l'équipe depuis une bonne dizaine de jours, et arboraient fièrement les slogans "Go dawgs" et "UGA beat W. Kentucky" entre deux arrêts. Dans la foulée Walmart avait ressorti son bulldog géant, ses drapeaux et sa collection de t-shirts bon marché.
Le grand jour est enfin arrivé, samedi dernier. Voici un petit reportage photo de l'évenement.

J'ai été réveillée dès 7h du matin par les premiers tailgaters. Le tailgate, c'est un rituel très poussé qui consiste à boire de la bière avant, pendant et après le match, si possible avec ses amis / sa famille autour du coffre de son SUV (l'équivalent américain du 4/4)  rempli pour l'occasion de glacières et de victuailles préparées par les mères de familles pour leurs maris/rejetons de supporters. J'ai longtemps cherché une image derrière ce mot, mais le tailgate c'est tout simplement le hayon arrière dans une voiture, de la taille d'une bonne petite table de picnic pour les modèles les plus petits et sur lequel les victuailles nécessaires à la survie du supporter sont disposées.
Vue de ma fenêtre à 10h :


Le match était prévu pour 12h30, je suis donc prudemment sortie vers 11h30, voici le spectacle qui m'attendait dans la rue :

Des troupeaux d'Américains de tous âges tous habillés aux couleurs de leur équipe : rouge, blanc et noir. Le troupeau de la photo est pas très impressionnant, il faut s'imaginer un flot continu de rouge, de noir et de blanc - la photographe officielle de ce blog n'ayant aucun t-shirt rouge a jugé plus prudent de prendre ses clichés à distance. On notera sur la photo un petit parasole jaune de tailgating.
Je m'apprêtais à prendre plus de photos de ma rue quand une jeune autochtone m'a abordée pour me demander de l'accompagner jusqu'au stade. La demoiselle, déjà bien entamée par un pre-gaming (le 'pre-party' ou 'pre-gaming' consiste à se préparer aux grands évenements à grands renforts d'alcool) au Jack Daniels avait perdu ses amies en chemin. On comprend facilement ce type de raisonnement après avoir vu 2 heures 30 de football américain dont 90 minutes de jeu. Ca s'entrechoque 5 minutes, ça récupère la baballe, ça avance, ça s'arrête. Ca s'entrechoque un peu. Avec un peu de chance le balon franchi les deux pilones par voie aérienne une ou deux fois. Même le criquet est plus accrocheur. Nous avons retrouvé les amies aussi entamées que la demoiselle quelques mètres plus loin, j'en ai donc profité pour immortaliser leurs retrouvailles :


On notera les tatouages guerriers de l'équipe universitaire portés à même le visage et le policier de l'université qui peine à contrôler le flot incessant de voitures dans la fond.
Je me suis ensuite dirigée vers le stade, le match allait commencer, la fanfare universitaire était déjà sur la pelouse et le commentateur sportif hurlait dans les enceintes "gooooo daaaawgs".
Il faut essayer de s'imaginer une petit ville de 100,000 personnes, dont la population double l'espace d'une journée; un stade en plein campus avec plus de 93,000 supporters rouges, noirs, blancs, saoûls et déchaînés. Je rappelle qu'il s'agit d'une équipe UNIVERSITAIRE.
En photo ça donne ça :

Et ça :

Au delà du look M&Ms du stade, je serais tentée par une petite comparaison qu'on me reprochera sûrement :

Après avoir mitraillé le stade pendant 10 bonnes minutes, je me suis rendue à la tailgate party de mon département -notez que les tailgates continuent pendant le match, même si les étudiants ont tous des tickets. Voici donc quelques étudiants forts sympathiques triés sur le volet pour l'occasion :


On notera la présence de bières sur la photo. Je rappelle qu'aux Etats Unis il est formellement interdit de se déplacer dans la rue ou dans un quelconque espace public avec une canette ou une bouteille d'alcool ouverte. Malgré la forte présence policière je n'ai été témoin d'aucune arrestation, et Rom (l'homme en blanc sur la photo) de m'expliquer que la police n'était là que pour calmer le jeu et que tous les excès étaient tolérés les jours de célébration. Du pain, des jeux,...

Le reste de l'histoire est moins pittoresque: la pauvre équipe kentuckienne a littéralement été écrasée par les Bulldogs, et UGA VI a suivi le match sans grand enthousiasme, perché sur ses deux sacs de glaçons. J'ai profité du calme qui règnait à Athens avant la fin du match pour m'éclipser à Atlanta et découvrir les bars de l'immense métropole géorgienne.
En guise de conclusion voici une petite scénette tirée du match, qui se passe, je pense, de commentaires :


Publié dans eloyneintheusa

Commenter cet article